Photos :

 

Gilles Briaux

 

 

 

sMardi 13 octobre : la Thiérache

Maroille Lait-2-ferme et "Familistère" de Guise

 

 

  « Quelle belle journée pour aller en promenade, vous avez vu cette pluie drue et continue avec juste quelques interruptions pour un beau crachin » devisaient agréablement une limace et un escargot ! Hélas, pour nous ce n'était pas le temps idéal et une petite laine fut la bienvenue pour ces visites dans l'Aisne.

 

   Nos deux conducteurs, Chérifa et Martin, étaient bien à l'heure ainsi que nos 32 adhérents (masqués) qui se frottaient les mains en montant dans le car tant par plaisir d'être là que pour étaler le gel hydroalcoolique ! De ce fait, après un bref arrêt technique/petit déjeuner, prenant les petites routes de campagne, dont celle des églises fortifiées, et traversant quelques villages plus ou moins célèbres (Montcornet par exemple, un futur général s'y est illustré en 1940) nous sommes arrivés juste à l'heure à Eparcy. Nous étions attendus et la visite de la fromagerie s'est faite en 2 groupes.


  La fromagerie est une petite structure qui, malheureusement pour nous, ne fabrique pas tous les jours et ce mardi n'était pas un jour de fabrication. Néanmoins la guide a su nous expliquer les différentes étapes depuis l'arrivée du lait jusqu'à la commercialisation, présentant chaque machine, les techniques employées pour les différents fromages fabriqués (Maroilles, Boulettes d'Avesnes, Thierachien et l'Eparcien), les fromages en salle d'affinage. Ensuite ce fut la dégustation de différents échantillons accompagné de cidre ou de bière locale et l'achat des diverses spécialités dont, je sens vos récepteurs olfactifs et gustatifs déjà frétiller, la tarte au Maroilles !

 Le magasin partiellement dévalisé et le car embaumé nous avons mis le cap sur Guise et son « Familistère ».

 

  Le repas nous a été servi dans l'ancienne buanderie transformée depuis sa réhabilitation en salle de réception ; salle et mobilier assez spartiate, dans l'esprit réfectoire ouvrier convenant bien au lieu. Le repas était bon et bien présenté, moins sophistiqué que parfois, mais toujours dans cet esprit « ouvrier ». Après celui-ci et avant la visite guidée, ceux qui le voulaient sont monté à l'étage pour voir la piscine et une petite exposition.

 

  Il a bien fallu ressortir sous la pluie pour retrouver notre guide au pavillon d'accueil. Là il nous a expliqué l'origine du lieu et la jeunesse de M. Godin, son tour de France et l'idée de remplacer la tôle par de la fonte pour réaliser des poêles à bois ou charbon, ses idées progressistes et révolutionnaires pour l'époque. Petit séjour sous la pluie pour rejoindre le « Palais social » où nous avons eu de nombreux compléments d'information tant sur le bâtiment en lui-même que sur son fonctionnement passé et actuel et sur les pratiques et avancées sociale de M. Godin (égalité des salaires homme/femme, jour de repos et durée de la journée de travail, scolarisation des enfants, niveau des salaires et loyers, gestions du « Palais social », hygiène et « hygiénisme, …).

  Un peu de temps libre a permis de visiter l'appartement de M. Godin et différentes parties des locaux transformés en musées (appartement, coupe du bâtiment et mode de construction, produits fabriqués...

L'heure du retour étant arrivée, nous sommes revenus dans notre car qui fleurait bon le … Maroilles au grand dam de certain et au plaisir d'autres.

 

  Le retour à Chennevières se fit vers 20h00 après une petite pause autoroutière où nous avons apprécié la dextérité de Martin, Chérifa nous ayant montré la sienne à Ormesson. Notre président a profité du trajet de retour pour nous faire quelques bons mots jouant avec l'Aisne et le bas de laine sans haine pour le mauvais temps.

 

Gilles Briaux.

 


Prix :  66 €